13/11/2005

LE TOGO SOUS LE REGIME GNASSINGBE EYADEMA

GNASSINGBE EYADEMA PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU TOGO

 

 

La jeunesse d’un leader

 

Gnassingbé Eyadema voit le jour le 26 décembre 1935 à Pya village situé au nord du Togo en pays Kabyé. Issu d’une famille modeste, le jeune Gnassingbé s’imposait rapidement grâce à ses capacités physiques et devint champion de lutte traditionnelle de son canton.

D’origine protestante, sur les conseils du pasteur de son village, il s’engagea dans l’armée française et y demeurera une dizaine d’années. C’est au cours de ce séjour au sein de l’armée française que Eyadema s’initie au métier des armes. Il servit notamment au Dahomey (Bénin actuel ), en Indochine, en Algérie et au Niger. Le Sergent-chef Eyadema rentre au pays en 1962, deux ans après l’indépendance.

 

En 1963, promu officier, Gnassingbé Eyadema participe à un putsch militaire qui conduit à l’assassinat de Sylvanus Olympio alors président, et qui fut remplacé par Nicolas Grunitzky. Une nouvelle constitution fut adoptée par referendum à cette occasion.

 

En janvier 1967, le Lieutenant-colonel Eyadema, chef des armées est à l’origine d’un nouveau coup d’état qui renverse le président Grunitzky lequel tentait de mettre en place une constitution garantissant le multipartisme ; la constitution est abrogée et le corps législatif dissous. En avril 1967, il endosse les fonctions de Président de la République et de ministre de la défense.

 

Eyadema accède au pouvoir

 

Fondé en 1965, le seul parti politique autorisé par le nouveau président fut celui du rassemblement du peuple togolais (RPT ), parti qui lui est tout acquis.

En 1980, la IIIème République est officiellement proclamée. Jusqu’en 1986, le Togo connaît une période de relative stabilité et de développement. A cette date un attentat manqué contre le président dans sa résidence à Lomé organisé par un commando infiltré du Ghana déclenche des manifestations.

 

Le Togo étant lié à la France par des accords de défense signés en juillet 1963, le Président Eyadema fait appel à cette dernière pour éviter une déstabilisation du régime. C’est à cette date que, Eyadema devenu Général depuis 1969, est réélu dans ses fonctions pour un nouveau mandat de 7 ans.

 

En 1990, après la chute du mur de Berlin et le discours de la Baule du Président François Mitterrand sur la démocratisation et la bonne gouvernance en Afrique, Eyadema accepte un multi partisme «discipliné et centralisé ».

 

En 1991, sous la pression des émeutes qui ont vu le jour en 1990, il consent au principe d’une amnistie générale, la création de partis politique, notamment le FOD (Front de l’Opposition Démocratique) rebaptisé COD (Collectif de l’Opposition Démocratique) qui initiera une grève illimitée en 1992 pour exiger le départ de Eyadema.

Le principe d’une conférence nationale fut adopté qui aboutit à la création du Haut Conseil de la République (HCR). L’autorité de transition est présidée par Mgr Kpodzro et le Premier ministre de transition est M. Joseph Kokou Koffigoh.

 

Cette transition prévue pour durer un an se prolongera jusqu’aux élections présidentielles de 1993, alors que le Président Eyadema se voit retirer tous ses pouvoirs. Cependant la pression militaire a peu à peu raison de ce gouvernement de transition et suite à la dissolution du RPT, le 1er ministre de transition est arrêté et le Président du HCR prend la fuite.

 

Instabilité politique et violences au Togo

 

L’année 1992 voit le début d’une grève illimitée ainsi que de nombreux attentats qui instaurent un climat de peur et de colère qui conduit inexorablement le Togo vers une situation de faillite. Le Général Eyadema retrouve l’essentiel de ses pouvoirs, les manifestations sont réprimées dans le sang en janvier 1993. Des exactions sont commises par certains membres de l’armée entièrement acquise au Président. Ces exactions entraînent un exode massif de la population de Lomé, essentiellement composée d’Ewé ; 100000 personnes trouvent refuge au Ghana, 130000 au Bénin.

 

Les investisseurs comme les touristes fuient Lomé. Des sanctions économiques sont imposées par la communauté internationale en particulier par la France, l’Allemagne, les Etats Unis et l’Union Européenne qui dénoncent « un déficit démocratique».

 

Le 25 mars une nouvelle tentative de coup d’état contre le Général Eyadema échoue. Le 25 août 1993, après le boycott du scrutin par l’opposition, le Président Eyadema est élu avec 94,6% des voix. En revanche l’opposition remporte les élections législatives de février 1994. Edem Kodjo président de l’UTD (Union Togolaise pour la Démocratie) est nommé 1er ministre par le président de la République qui refusera le premier choix de l’assemblée.

Cette manœuvre permit de semer la discorde entre le CAR (Comité d’Action pour le Renouveau ) et l’UTD, car Edem Kodjo ne disposant pas d’une majorité, le RPT redevint majoritaire en vote et s’attribua ainsi les principaux ministères (Défense, Affaires étrangères, Intérieur...). Le Président Eyadema avait ainsi conforté sa position.

 

En août 1996 il destitue Edem Kodjo et nomme un de ses fidèles à la place. En 1996 après les visites de Jerry Rawling et de Nelson Mandela, les relations diplomatiques se détendent entre le Ghana et l’Afrique du Sud et la privatisation des entreprises est poursuivie (filière du coton et du phosphate ).

 

Le président Eyadema renforce sa position lors des élections de 1999

 

Les élections présidentielles de juin 1998 voient s’opposer le Général Eyadema et Gilchrist Olympio, fils de l’ancien Président assassiné. Durant le dépouillement du scrutin, sous la pression du pouvoir, la commission électorale démissionne, c’est donc le Ministère de l’Intérieur qui assure la poursuite des opérations et qui publie les chiffres : 51,3% des voix pour le président sortant dès le 1er tour. L’opposition et certains observateurs internationaux dénoncent les fraudes.

 

Les élections législatives de mars 1999 sont boycottées par l’opposition, le RPT remporte 79 des 81 sièges de l’assemblée. Institutionnellement la position d’Eyadema est renforcée.

 

Afin de mettre fin à la crise politique qui sévit depuis 1990 et qui entraîne le pays dans le chaos, les partis politiques proches d’Eyadema et ceux de l’opposition signent un texte qui prévoit la création d’une commission électorale indépendante (CENI).

 

Le Président s’engage également à respecter la Constitution et à ne pas se présenter pour un troisième mandat . Mais le 30 décembre 2002, l’assemblée nationale très largement dominée par le parti au pouvoir modifie la constitution de 1992 au profit du président en place qui est autorisé désormais à solliciter autant de fois qu’il le souhaite le suffrage de ses compatriotes.

 

D’autre part cette même constitution oblige tout candidat à séjourner une année de manière ininterrompue au Togo pour se présenter, ce qui élimine le principal opposant Gilchrist Olympio en exil.

 

Le triomphe du président

 

En juin 2003, c’est sans surprise que le Président est réélu pour cinq ans essentiellement en raison de l’absence de son principal opposant. Malgré les félicitations adressées par le Chef de l’état français, ces élections ont été mises en doute par huit ONG à vocation humanitaire qui parlent de « coup de force électoral » suivi de nombreuses exactions et de mises aux arrêts y compris pour les militaires soupçonnés d’avoir voté pour l’opposition.

Selon ces ONG d’importants mouvements de population étaient signalés dans le pays vers le Bénin, le Ghana ou le Burkina Faso. Selon ces mêmes ONG, la transparence et l’équité du scrutin avaient été sérieusement compromises durant les derniers mois précédant cette échéance électorale.

 

Sûr de son pouvoir, le Général Eyadema qui a été président de l’Organisation de l’Unité Africaine de juillet 2000 à juillet 2001 a repris ses voyages diplomatiques et arguant de sa sagesse s’est posé en médiateur dans le règlement des différents conflits de l’Afrique Occidentale : Guinée Bissau, Sierra Leone ou plus récemment de la Côte d’Ivoire.


19:55 Écrit par K. Kpadja | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

jaimerai connetre l hystoire de papa EYADEMA

Écrit par : BAWA | 14/02/2013

Les commentaires sont fermés.